Histoire

Le site d’Armeau est occupé depuis l’époque paléolithique comme l’atteste un atelier de taille d’outils découvert en 1978 dans la vallée. Sur le territoire de Villeneuve-sur-Yonne, à la limite ancienne entre les deux communes, se trouve la Pierre Frite, un menhir qui était entouré d’une nécropole protohistorique néolithique.


L’étymologie du nom d’Armeau, attesté sous la forme Hermeau en 1304, Ermeau en 1469, Armeau en 1493 ou Hermolium en 1695, trouve ses racines dans le latin “eremus” signifiant le désert, avec le suffixe ellum, et pourrait renvoyer à un ancien ermitage. Pour Palteau, par contre, trois hypothèses existent : “palleteau” signifiant lieu planté de pieux, fortifié ; “palestel” ou Petite Palestine rappelant un départ en croisade ; ou un sobriquet évoquant vieil habit, haillon, version la moins plausible. Notons que Richemont signifierait également colline coiffée d’un établissement fortifié.

Après les invasions, le village descend dans la vallée vers les 10ème ou 11ème siècles. Armeau appartient alors, et jusqu’au 14ème siècle, au domaine royal, rattaché au fief de Malay-le-Roi (aujourd’hui Malay-le-Petit) et verse la dîme ecclésiastique à l’abbaye de Dilo. En 1318 Philippe V le Long cède le fief de Malay-le-Roy à Jean, comte de Joigny, la dîme ecclésiastique revient à l’hôpital de Joigny, tandis que Palteau reste dans le giron de Malay jusqu’au milieu du 16ème siècle.
En 1170 Louis VII le Jeune entreprend la construction d’un Castel au lieu-dit la Chataigneraie.
Les guerres de Cent ans, puis de religion dévastent la région à plusieurs reprises.
Palteau :                                                                                                                                                  La Seigneurie de Palteau appartient au domaine royal jusqu’au 14ème siècle, puis à la Châtellenie de Malay-le-Roi. Elle est vendue en 1567 à Miles Gibier écuyer, seigneur de Serbois, Griselles et Cornant en partie, conseiller avocat du roi au bailliage. L’existence du château remonte sans doute à cette famille. Puis son fils Nicolas Gibier, écuyer, vend en 1600 à Antoine Chapelain, secrétaire ordinaire de la Chambre du Roi. En 1609 des réparations touchent le château, le pont-levis et la tour du côté de la cassine. Cantien Garrot gouverneur et bailli de Sens et Villeneuve, homme de confiance de Richelieu et Mazarin, s’en porte acquéreur, et le transmet en 1688 à son neveu Bénigne d’Auvergne de Saint-Mars, grand bailli et gouverneur de Sens et des îles Sainte-Marguerite et Saint-Honorat de Lérins. A son décès le 26 septembre 1708 à 85 ans, l’héritage revient à son neveu Guillaume-Louis Corbet de Formanoir, anobli en 1667. Le château reste dans la famille par les femmes jusqu’en 1922 : Quentin de Champlost, Kadot de Sébeville, Blanquet de Rouville. Il est alors acheté par la famille Drouet du Petit écho de la mode. L’aile ouest a été reconstruite au 19ème siècle, les écuries ont été incendiées par la foudre en 1903. En 1935 Madame Priad, liée aux propriétaires du Pavillon Bleu de Villevallier et de l’hôtel Mon ami d’Armeau, en devient propriétaire avant de revendre aux Tréfileries du Havre. Aujourd’hui la SCI Berton en est propriétaire.

L’âge d’or
En 1853 la population d’Armeau atteint son apogée avec 932 habitants (contre 320 en 1974 et 769 aujourd’hui). Au 19ème siècle Armeau vit du commerce des bois de la forêt d’Othe, des tuiles et briques, des fours à chaux et de la vigne et du vin. Environ 10 % du territoire de la commune est couvert de vignes, surtout sur les coteaux bien ensoleillés et impropres aux autres cultures. Dès la fin du 15ème siècle, le vignoble de Mauqueue (à la limite de Villeneuve-sur-Yonne) a été fort réputé, jusqu’à figurer à la table du roi Charles VIII. Cependant au 19ème, le morcellement des parcelles, l’introduction de cépages grossiers plus rentables mais donnant un vin de piètre qualité entraînent le déclin du vignoble.
Toutes ces marchandises sont acheminées vers Paris par l’Yonne, grâce au port. En 1862 le barrage est construit pour améliorer la circulation sur la rivière. Le village compte de nombreux commerces.

commerces en 1862

Cliquez pour afficher

Puis l’arrivée du chemin de fer modifie profondément cette organisation. Après la première guerre mondiale, l’abandon de la vigne, l’exode rural transforment l’aspect du village.
Après la Libération, Armeau devient un lieu de villégiature apprécié pour sa rivière et ses forêts, et sa proximité avec Paris : deux hôtels, le Touring club, place de la Mairie, et surtout Mon Ami (actuel Relais Cap France) accueillent de nombreux touristes.

Pour aller plus loin : http://lesmotsdarmeau.over-blog.com

Sources : Pierre Seguin, Philippe Peyrol, Etudes Villeneuviennes.